Le50enligneBIS
> Paroisses > pqrs > Remilly-sur-Lozon > Histoire > Ruines du château de Montfort

Ruines du château de Montfort


NDLR :
Le château de Montfort est une demeure historique de la Manche, située à Remilly-sur-Lozon.
Il a été construit à la fin du 15e siècle, comme en témoigne la façade du logis seigneurial.
Ses armes et son blason ont été effacés à la Révolution.
Inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 29 décembre 1978, il est en restauration depuis 1980
.   (source wikimanche)

Carte postale du château de Montfort : aquarelle d’Albert Corbel

• Texte de 1899 (voir source en bas de page)


JPEG - 1.8 ko

e qui reste de cette importante et élégante demeure seigneuriale porte les traces d’une démolition systématique, opérée de sang-froid, nous dit la tradition locale, dans la première moitié de ce siècle. La tour démantelée, la plus grande partie du logis principal rasée au niveau du sol, l’autre partie éventrée et découverte, la porte monumentale, encore intacte, qui donnait entrée dans une vaste cour d’honneur, laissent pourtant deviner ce qu’était, il y a peu d’années, ce spécimen des constructions civiles normandes à la fin du XVe siècle.

Comme le château de la Rivière, avec lequel il n’est pas sans analogie, Montfort peut être rangé parmi ces monuments de la première époque de la Renaissance française, dus à des artistes qui mêlaient, dans un style aussi original qu’intéressant, les formules architecturales du moyen âge et les données d’importation italienne.

L’escalier en vis de Saint-Gilles, respecté par les démolisseurs, les cheminées à large manteau, le profil très accentué des pignons encore debout, appartiennent à la tradition de l’art ogival, mais les ouvertures rectangulaires à meneaux en pierre, certains détails d’une ornementation très sobre, une baie de porte voûtée en accolade, écrivent d’une façon précise, à défaut des documents d’archives, l’âge de notre château.

Il a dû être édifié entre 1490 et 1510 ; et, lorsque, en 1552, le seigneur de Montfort y recevait l’évêque de Coutances, Etienne Martel, il lui offrait, tout porte à le croire, l’hospitalité dans un logis récemment aménagé. Cet évêque, qui signait à Montfort les lettres par lesquelles il instituait grand vicaire de son église, Guillaume de Grimouville, était le beau-frère de son hôte : Gilles Le Marquetel [1] avait épousé Marie Martel, sœur du prélat coutançais.

Qui sait s’il n’y a pas une relation entre la construction du château et l’alliance du seigneur avec l’une des Martel, évidemment riche et bien apparentée ? La coïncidence des dates de ces deux événements de famille paraît, dans tous les cas, intéressante à noter.

La famille Le Marquetel était en relations suivies avec le clergé et la magistrature de Normandie. Plusieurs de ses membres ont figuré au grand bailliage du Cotentin. Henry Le Marquetel était, en 1718, grand prévôt de Normandie, et une Madeleine Le Marquetel épousa Pierre Soyer, seigneur d’Intraville, conseiller au Parlement de Rouen. Charles prit pour femme Anne de Troismonts. Ce nom de Troismonts était celui d’une famille qui plusieurs fois fournit des héritières à la noblesse cotentinaise.

Les Le Marquetel sont plus connus par leurs générosités aux églises, par l’établissement d’une chapelle, de la confrérie du Rosaire en l’église de Remilly, que par les prouesses militaires des représentants du nom. On ne trouve pas de trace d’un rôle quelconque joué par un Le Marquetel, soit dans les guerres contre l’étranger, soit dans les troubles suscités par le protestantisme.

Si nous en croyons le genre de construction de leur château, d’une élégance à la fois sobre et sérieuse, le choix des familles avec lesquelles ils contractaient alliance, ils appartenaient à cette société de gens de robe, plus préoccupés des choses de l’esprit, plus soigneux aussi de la prospérité de leurs affaires, que n’était en général la petite noblesse d’agriculture ou d’épée. Nous voyons, en effet, de génération en génération, la glèbe primitive s’arrondir, les pertes résultant du partage entre les enfants se combler par d’heureux mariages, et il est possible de constater ce fait digne de remarque, que, depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours, le domaine de Gilles Le Marquetel, le premier du nom dont l’histoire nous ait laissé le souvenir, n’est pas sorti de la descendance directe de son premier propriétaire.

En 1739, le nom des Le Marquetel s’éteint, et la dernière fille de la race épouse Pierre-Gabriel-Jacques Lempereur, chevalier, seigneur et patron de Saint-Pierre-Langers, la Bellière, la Rochelle, Coigny et autres terres et seigneuries.

Les Lempereur fournirent des serviteurs à l’armée dès le début du XVIIIe siècle, et le dernier seigneur qui ait habité Remilly, Hervé-Louis-Gabriel, suivait les traces de plusieurs de ses ancêtres quand il entra aux gardes du corps du roi ; c’est là que nous le trouvons, avec le grade de capitaine de cavalerie, en 1779.

Il était à Montfort lorsqu’éclata la Révolution française. Bien qu’il n’eût pas émigré, il vit ses titres brûlés, et fut même incarcéré à Coutances.
Grâce au dévouement d’un de ses gardes, il put s’évader à temps pour n’être pas compris dans une de ces fournées qui pourvoyaient le tribunal révolutionnaire. Après le 9 thermidor, il put faire lever le séquestre qui frappait ses biens.

Il mourut en 1816, laissant ses biens à ses deux frères, dont l’un fut député de la Manche à l’Assemblée constituante, en 1848. Celui-ci laissa deux fils, dont l’un fut préfet, sous l’Empire, puis membre du conseil général de la Manche. Le second représenta la Manche à l’Assemblée nationale de 1871.

Montfort n’appartenait plus, depuis le début du XVIe siècle, à la branche aînée des Le Marquetel.
Cette branche avait reçu en partage le fief de Saint-Denis-le-Gast, acquis par Gilles Ier, en 1540. Disons en passant que c’est du fils aîné de Gilles Ier et de Marie Martel qu’est issu Charles de Saint-Denys de Saint-Évremond, le spirituel et sceptique auteur du Discours sur les Belles-Lettres, du Parallèle entre Turenne et Condé, l’un des plus fins parmi les littérateurs du grand siècle. Qu’aurait pensé l’évêque de Coutances, s’il avait pu prévoir que de sa sœur naîtrait un écrivain cher aux « libertins » et aux protestants, un prôneur attitré de l’épicurisme, et l’un des précurseurs des ennemis du trône et de l’autel ?

De quelle famille venait aux Le Marquetel ce domaine de Montfort ? Ils ne paraissent l’avoir possédé que depuis la fin du XVe siècle.

Nous trouvons, au XIIe siècle, un Geoffroy de Montfort (Galfridus de Monteforti), qui, d’après une pièce existant aux archives de la Manche, traite avec les religieux de Lessay, conjointement avec Gervaise de Sai, au sujet du patronage des églises de Gouville et de Quettreville. Plus tard, en 1265, un Guillaume de Montfort était curé de Gouville ; en 1316, Jean de Montfort tenait le même bénéfice, et, dans un procès qu’il soutenait contre l’abbaye de Lessay, Raoul de Montfort figura comme arbitre.

En 1327, Guillaume de Montfort tient en l’honneur de Marigny son fief à Remilly.

L’identité entre la famille des plaideurs des XIIe et XIVe siècles et celle dont un membre rend hommage à Richard de Courcy, est prouvée par la constatation d’une communauté d’intérêts entre le patron de l’église de Quettreville et Gervaise de Sai, qui, au XIIe siècle, était seigneur de Marigny et suzerain du seigneur de Remilly.

C’est probablement Geoffroy de Montfort qui a donné son nom à notre fief. Le plateau sur lequel s’élève le château, au confluent de la Vanloue et du Lozon, ne justifie pas, par sa situation topographique, les noms de "mont" et de "fort". Cette famille de Montfort, sur laquelle nous n’avons que des données incomplètes, a eu probablement pour dernière représentante une fille qui, vers la fin du XVe siècle, aura apporté, par un mariage, ses biens au premier connu des Le Marquetel.

Actuellement, le château de Montfort appartient à M. Vermont, à l’obligeance duquel l’auteur de cette notice est redevable de documents utiles et précieux. M. Vermont me permettra de lui adresser ici tous mes remerciements.
            (Gaétan Guillot)

Source :
La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs, etc.
• La Manche : 1ere partie, date d’édition : 1899 - pages 39 à 41

Notes

[1] NDLR : En l’année 1546, Gilles Le Marquetel était seigneur et châtelain de Saint-Denis-le-Gast et de Montfort. Il épousa Madeleine Martel, sœur d’Etienne Martel, évêque de Coutances, de la branche de Bacqueville-Martel, famille dont un des membres, Guillaume Martel, fut, en 1141, grand sénéchal de Normandie : voir Saint-Denis-le-Gast - Notes historiques et archéologiques