Le50enligneBIS
> Paroisses (autres) > Autres départements de Normandie > Basse-Normandie > Calvados - 14 > Paroisses du Calvados > mno > Le Molay Littry (14) > Histoire > Le Molay - Quelques éléments historiques et archéologiques

Le Molay - Quelques éléments historiques et archéologiques


NDLR : Le Molay a fusionné avec Littry pour former, le 23 janvier 1969, la commune actuelle du Molay-Littry.


NDLR : texte de 1857, voir source en bas de page.


Le Molay, Moletum, Moletum Baconis

JPEG - 1.8 ko

’église du Molay n’a plus de caractères et c’est une des plus insignifiantes de la contrée. Je suppose pourtant qu’une partie des murs peut remonter au XIIe siècle.

Le clocher, placé à l’Ouest de la nef, est moderne, carré et terminé par une pyramide en pierre.

Cette église est sous l’invocation de saint Nicolas. Le seigneur nommait à la cure. Le curé percevait les dîmes.

Château

La famille Bacon, qui possédait la seigneurie du Molay, a été très-importante sous nos ducs. Guillaume Bacon accompagnait Guillaume à la Conquête de l’Angleterre.

Au haut du petit côteau qui domine la rive gauche du ruisseau du Molay, et sur le bord même de la route départementale de la mine de Littry à Isigny, se trouvent les vestiges du château du seigneur du Molay, cité par Wace. [1]. Cette place se composait de deux enceintes : la plus voisine de la vallée renfermait le donjon ; elle était arrondie, entourée de murs épais dont on a retrouvé les fondements, [2] et l’on voit encore, du côté de l’Ouest, des fossés assez profonds qui la séparaient de la cour basse.

Au Nord et au Sud, une dépression de terrain, en partie naturelle, en partie artificielle, rendaient difficile l’accès du château, que le ruisseau déjà cité garantissait du côté de l’Est. C’était à l’Ouest, par la cour basse, dont l’entrée se trouvait à peu près de niveau avec le sol du plateau voisin, qu’il était le plus facile d’entrer dans la place, et ce n’était pas sans intention qu’on avait disposé de ce côté une double ligne de fossés.

De l’esplanade du château du Molay, la vue s’étend sur la vallée et sur les campagnes voisines. Guillaume Bacon, deuxième du nom, accompagnait le duc Robert-Courteheuse à la première croisade, en 1096. Roger Bacon fonda, en 1148, la commanderie de Templiers de Beaugy, dont nous parlerons bientôt à l’article de la paroisse de Planquery.

Quelques autres membres de cette famille ont fait des donations aux monastères de la contrée.

Il y avait au Molay une haute-justice, d’où ressortissaient les paroisses voisines de Saon, du Breuil et de Saonnet.

On trouve, dans les nouvelles Recherches sur la France, un mémoire de l’abbé Beziers sur les seigneurs du Molay-Bacon.

Le château actuel, qui avait été bâti en 1753 par M. Le Couteux au lieu dit la Poterie du Molay, a été en partie reconstruit par M. le comte de Chabrol, qui le possède à présent et qui a fait exécuter des travaux considérables tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et aux alentours de cette habitation. M. le comte de Chabrol, neveu de l’ancien ministre de ce nom, est un littérateur distingué. La bibliothèque du château du Molay renferme, dit-on, des livres précieux.

Source :

Notes

[1] L’église paroissiale se trouve en-dehors du château et occupe, avec le cimetière, une partie des anciens fossés. Je n’oserais affirmer que ces murailles fussent du XIe siècle, car le château a été occupé long-temps après ; mais les fossés et la disposition des cours appartiennent à l’établissement primitif et n’ont pu être beaucoup changés par les réparations postérieures.

[2] D’après le témoignage des personnes qui ont travaillé a démolir une partie de ces débris, l’épaisseur des murs était de 8 a 10 pieds. Plusieurs objets en fer, sur la destination et la forme desquels on n’a pu donner que des renseignements très-vagues, ont été découverts à cette occasion dans les fossés et dans la cour du donjon.