Le50enligneBIS

La libération de Fleury-sur-Orne en 1944


Durant la nuit du 18 au 19 juillet, les neuf régiments des trois brigades de la 2e Division d’infanterie canadienne se préparent à libérer le sud de Caen avec pour objectif la cote 67.

Les régiments « Black Watch » et « Calgary Highlanders » traversent l’Orne puis escaladent les hauteurs de Vaucelles sous le feu des obus et des balles allemandes. Pendant ce temps, les troupes de la 6ème Brigade opèrent plus à l’est. Le 19 juillet, au levé du jour, alors que les combats font rage sur les hauteurs de Vaucelles, le Régiment de Maisonneuve se prépare au combat. C’est son baptême du feu.

Quittant leur retranchement près de la prison vers 10 heures, les hommes du Régiment de Maisonneuve traversent le pont Bailey mis en place quelques heures auparavant par les ingénieurs canadiens.

Le docteur Robert installe son poste de soins à la croisée des routes 158 et 162 (actuel carrefour rue de Falaise-Boulevard Lyautey). À 13 heures, sous la supervision du commandant Bisaillon, les compagnies A (major Dugas) et C (major Ostiguy) prennent la route de Thury-Harcourt alors que les compagnies D (major Léon Brosseau) et B (major Massue) utilisent une petite route secondaire sur la droite (l’actuel chemin des coteaux ?)avec pour objectif la partie basse de Fleury-sur-Orne.

Sous les pluies d’obus et de mortiers, les troupes canadiennes disputent aux allemands l’occupation des maisons bordant la route. Les rafales des mitrailleuses déchirent l’air, les blessés attendent les premiers soins, près d’eux gisent leurs camarades morts. Sur la gauche, le village d’Ifs est en feu alors que le Black Watch arrive à Saint-André. À 16 heures, la compagnie C du major Ostiguy, aidée des lieutenants Mathieu et Robert, atteint l’objectif, chaque maison de Fleury est inspectée. Le curé Saussaye et les habitants de Fleury, réfugiés depuis début juin dans les carrières, apprennent avec soulagement la fin de leur exil souterrain tandis que les Allemands se replient sur Etavaux. Gérard Marchand, aumonier du Régiment de Maisonneuve, dit une prière avant l’ensevelissement des soldats canadiens tués au combat.

Le 24 juillet, le Régiment de Maisonneuve participe à l’opération Spring. Le vendredi 29 juillet, vers 16 heures, une attaque surprise, dirigée par le major Vallières suivie d’une autre attaque dans la nuit de vendredi à samedi entraine la capitulation des troupes allemandes stationnées à Etavaux.

Le 9 août, la 2e Division canadienne s’empare de la crête de Verrières.