Le50enligneBIS
> Personnalités de la Normandie > Armée, guerres ... > 1939-1945 > Soldats canadiens morts à Etavaux (Saint-andré-sur-Orne, 14)

Soldats canadiens morts à Etavaux (Saint-andré-sur-Orne, 14)


 [1] [2] [3]

Nom Grade date décés Domicile
Vallières G. major 22/07/44 Montréal
Dubord F. L/cpl 21/07/44 Montréal
Girard A. soldat 22/07/44
Gagné G. soldat 22/07/44 Sherbrooke
Bisson A. soldat 22/07/44 Alberta
Lachevrotière C. soldat 22/07/44 Batiscan
Boudreau N. soldat 22/07/44
Vadeboncœur E. soldat 25/07/44 Montebello
Dubeau A. soldat 23/07/44
Colett N.J. soldat 22/07/44
Limoges R. soldat 23/07/44

Notes

[1] Le 31 janvier 1827, Etavaux est rattaché à Saint André par ordonnance royale. Charles-Victor RICHARD de la FAVERIE est élu maire en 1827 succédant ainsi à son père après 25 ans à la tête de la commune. Il démissionnera en 1874. Cette période est marquée par les disettes. Ainsi en 1855, la municipalité vote une imposition exceptionnelle afin de financer un Atelier communal qui fournira un maigre revenu aux plus déshérités en les employant à l’empierrement des chemins communaux. Les pouvoirs administratifs soutiennent le développement des chemins, en particulier celui de grande communication de Bourguébus à Evrecy par le bac de Saint André. Ce dernier , seul moyen de franchir l’Orne, est dans un état qui laisse à désirer. En 1849, le Préfet est averti que le bac tombe en ruine et « fait eau de toute part ». On le répare alors avec économie en attendant l’ouverture du pont dont la construction est prévue. En 1865, le GC 63, devenu CD89 connait un trafic particulièrement dense : 145 colliers par jour. En 1860, la liaison ferroviaire Caen-Laval est déclarée d’utilité publique. La voie Caen-Berjou est ouverte en 1873. Saint André en profite puisqu’une gare, situé sur le territoire de Feuguerolles mais très proche, est construite.

[2] Ajouter à cette liste : 48 blessés et 50 évacués par épuisement

[3] voir aussi Soldats canadiens morts à Fleury-sur-Orne en 44