Le50enligneBIS

Tragédie du Taureau, extrait

Un récit historique par Pierre Boujol

Contribution de Alain Lelong, 2017

voir aussi Les Danemont de l’île de Bourbon


Extrait

Pierre Boujol

NDLR

jcd

  • La Réunion, 10 juillet 1665, le navire le Taureau mouille à Saint-Paul où le capitaine Kergadiou est accueilli par Louis Payen et les cinq hommes de son habitation. De ce bateau descend Etienne Regnault accompagné d’une vingtaine de colons prévus pour s’installer dans l’Ile. Ils amènent avec eux des semences des plantes et des outils.
  • 16 juillet 1665, le navire La Vierge de Bon Port arrive à Saint-Paul.
  • 20 juillet 1665, l’Aigle Blanc arrive à la rivière Saint-Gilles et le 23 juillet 1665 à Saint-Paul. La flotte fait escale à Bourbon à Saint-Paul, pour ravitailler les vaisseaux en eau potable et vivres frais avant de reprendre sa route vers Madagascar.
  • 20 août 1665, le Taureau et la Vierge du Bon Port quittent Bourbon. Louis Payen qui veut rentrer à Madagascar s’embarque sur le navire la Vierge du Bon Port commandé par Monsieur Le Chenaye.

Etienne Regnault reste sur l’île accompagné d’une vingtaine d’hommes, se sont les premiers colons officiels, ils s’installent à proximité de l’étang de Saint-Paul. Etienne Régnault commis aux écritures de Colbert est alors nommé par les membres du conseil commandant de Bourbon, une fonction qui le place comme représentant principal de l’autorité métropolitaine et chef de l’administration de sa colonie. Sa première préoccupation est d’organiser la vie du groupe et de construire le bourg de Saint-Paul. L’installation terminée, il s’agit ensuite de veiller aux intérêts stratégiques et économiques de La Compagnie des Indes : accueil et entretien des vaisseaux et des équipages, recherche de produits monétaires pour permettre à la Compagnie de faire des recettes.

Etienne Régnault s’installe, quand à lui un peu à l’écart au Bernica.

Grâce à l’intelligente initiative et à l’activité du chef de la petite colonie, chacun se mit au travail avec ardeur. Les semis des graines apportées de France ayant parfaitement réussi, on vit bientôt les hauteurs du Bernica et de Saint-Gilles couvertes de plantations.

Aucune certitude des noms des premiers réunionnais arrivés avec Regnault, le Père Barassin dresse une liste dans " Naissance d’une chrétienté " :

  • René Hoareau natif de Boulogne-sur-mer.
  • Jacques Fontaine natif de Paris.
  • François Vallée natif de Normandie.
  • Pierre Hibon natif de Calais.
  • François Mussard natif d’Argenteuil.
  • Athanase Touchard natif d’Issy.
  • Pierre Mollet natif de Paris.
  • Picard natif de Paris.
  • François Ricquebourg natif d’Amiens.
  • Pierre Colin natif de Nîmes.
  • Jean Bellon natif de Lyon.
  • Gilles Launay natif d’Urville (Manche).
  • Hervé Dennemont (ou Danemont), natif de Brix (Manche).