Le50enligneBIS
> La France à l’autre bout du monde > Océan Pacifique > Clipperton (Île de) > ile de la Passion (Clipperton) - histoire

ile de la Passion (Clipperton) - histoire

contribution de Joël Larroque, descendant du capitaine havrais au long cours Jules Detaille (1828-1902).


1852  : L’armateur Havrais Lockhardt (originaire de La Nouvelle Orléans en Louisiane), renseigné par ses capitaines, écrit au Ministre des Affaires Etrangères, de la Marine et des Colonies pour demander l’octroi de concessions d’exploitation du phosphate sur des îlots dans l’Océan Pacifique, dont aucun pays ne revendique une quelconque souveraineté. Il indique la position de ces îlots, parmi lesquels figure Clipperton.

1856 : Le 18 août, afin de développer l’exploitation sur les îles, les Etats-Unis d’Amérique votent la loi : « Guano Islands Act ». Cette loi autorise tout citoyen nord américain à exploiter le guano sur une île inhabitée et qui n’appartient à aucun pays. Ceci provoque des prises de possession d’îles abandonnées servant de refuge aux oiseaux. Jusqu’à ce jour, c’est le Pérou et ses gisements de guano sur les îles Chinca, qui détiennent le monopole sur ce nouveau type d’engrais.

1857 : Le 21 août, escale du HMS Havana, commandé par le Capitaine T. Harvey. Il décrit l’île comme ayant un accès très dangereux avec de nombreux restants d’épaves. Il est étonné par le nombre très important d’oiseaux.

1858 : Le 7 janvier, un arrêté français institue une commission interministérielle afin d’étudier la proposition de l’armateur havrais Lockhardt. Cette commission décide de lui attribuer une concession de 25 ans renouvelable. Le 2 juillet, le Ministre de la Marine nomme le lieutenant de vaisseau Victor Le Coat de Kervéguen « Commissaire du Gouvernement », avec pour mission la prise de possession officielle de Clipperton, au nom de Napoléon III, de ses héritiers et successeurs. Le 15 juillet, Victor Le Coat de Kervéguen embarque sur l’Amiral, armé par Lockhardt. Le navire, commandé par le capitaine Detaille, quitte le port du Havre en direction de Clipperton. Le 17 novembre, L’Amiral arrive à proximité de Clipperton. Cinq hommes se rendent à terre avec de grandes difficultés, et y prélèvent des échantillons de guano. Le Coat de Kervéguen monte en haut de la mature afin de dresser une carte de l’île. Durant cette escale de quatre jours, les tempêtes se succèdent. Le 20 novembre, le navire quitte Clipperton et fait route vers Hawaï. Le 12 décembre, il arrive à Honolulu. Le Coat de Kervéguen signifie, au Consul de France, la prise de possession de Clipperton au nom de Napoléon III, de ses héritiers et successeurs. Cet acte de prise de possession est également signifié au gouverneur d’Hawaï. Cette prise de possession est publiée les 18 et 26 décembre dans le journal « The Polynesian ». Concernant l’exploitation du guano, Le Coat de Kervéguen écrit dans son rapport : « Je ne crois pas que le guano soit exploitable car il est mélangé à du sable et des débris de madrépores, de plus il faut considérer la grande distance entre Clipperton et la France ». Il est à supposer que ces prélèvements n’ont pas été faits au bon endroit et qu’ils n’ont été effectués qu’en surface.