Le50enligneBIS

Géo Lefèvre - bio

avec l’aide de PVNK


Géo Lefèvre (Georges) né le 22 octobre 1876 à Clinchamps-sur-Orne (14) est décédé le 15 mars 1953 au village Val de Laize [1]. [2]

Géo Lefèvre est peintre, sculpteur et affichiste normand.


bio

Géo Lefèvre est né le 22 octobre 1876 à Clinchamps-sur-Ome. de parents cultiva­teurs. Il fait ses études classiques au lycée Malherbe de Caen, puis est élève à l’École Nationale des Arts Décoratifs où il suit les cours de Gustave Moreau.
Il débute en 1897 au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts.
C’est en Nor­mandie, chez lui à Clinchamps qu’il revient et décide de travailler dans un confortable atelier qu’il a construit lui-même près de l’étable de la ferme fami­liale.
Ce peintre s’exerce aussi à l’art difficile de l’affiche : au début du siècle, les bou­tiques caennaises. telle la librairie Jouan en 1900, lui font de multiples commandes. Les critiques sont enthousiastes et louent cet enlumineur sur papier qui doit rendre Mucha jaloux Il donne des chroniques remarquées au Journal de Caen. Henri Chéron. député, demande en 1908 les Palmes « pour cet artiste remarquable qu’on s’étonne géné­ralement de ne point voir pourvu du plus petit bout de ruban »
La curiosité l’amène à vouloir travailler le bois et il part apprendre la sculpture chez un maître-huchier [3] de Lisieux. Georges Patou dont il devient le gendre en 1909. Il est au front du 1er août 1914 au 25 décembre 1915.
Très vite, la sculpture devient son art de prédilection et il obtient, en 1926. une médaille de bronze au Salon des Artistes Français avec « Devant Vôtre ». un groupe de chats en chêne patiné. C’est aussi le sculpteur qui est distingué en 1923. quand il est nommé Officier de l’instruction Publique ou. quand il reçoit, à la deman­de de Henri Chéron, la croix de Chevalier de la Légion d’Honneur en 1934. Parallèlement à ses activités artistiques, Géo Lefèvre travaille également pendant 1’entre-deux-guerres, comme modéliste aux Établissements Filmont, une fabrique de poteries normandes, installée rue de Irouville à Caen.
Membre de la Société des Artistes fran­çais, premier Président de la Société des Artistes Bas-Normands, dont il est un des membres fondateurs, Géo Lefèvre a tou­ché tous les domaines : la poterie, l’illustration, la décoration et la lithographie ; il est toujours resté profondément attaché à sa bonne terre normande où il puise l’ins­piration. _ L’atelier de ce brillant artiste, conservé dans la maison de Clinchamps par son petit-fils évoque l’atmosphère de cette époque révolue.
Géo Lefèvre s’éteint le 15 mars 1953 dans son village du Val de Laize dont il fut conseiller municipal durant de longues années
Dès lle mois de mai 1956. le trentième salon des Artistes Bas-Normands lui consacre une rétrospective. Les plus récentes ont eu lieu dans la Galerie « Plein Cadre » à Caen. à l’initiative de Joël Leloutre.

Bibliographie

  • Des Roches (Guy). « Un artiste Caennais. peintre et maître de l’affiche » dans Le Lexo- vien, 30 octobre 1901.
  • « Un peintre Normand. Géo Lefèvre ». dans Le Journal de Condé. 13 décembre 1908. Catalogue de l’exposition « Du Sang et des Larmes », Archives départementales du Cal­vados. 1994.
  • Steinmetz (Jean-Luc), « Géo Lefèvre. le peintre de Clinchamps ». dans le Bulletin com­munal de Clinchamps-sur-Ome. 1996.

Expositions

  • Exposition « Du sang et des Larmes ». Châ­teau de Bénouville. été 1994. Galerie Plein Cadre à Caen. décembre 1990. décembre 199S.

Portfolio

Géo Lefèvre

Notes

[1] Le hameau du « Val de Laize », dépend de la paroisse de Clinchamps

[2] ne pas confondre avec son homnyme contemporain, Géo Lefèvre (Georges), né le 12 février 1877 à Paris et mort le 27 juillet 1961 à Sompuis (Marne), journaliste sportif français, qui est à l’origine de l’idée du tour de France cycliste.

[3] menuisier