Le50enligneBIS

Henri IV

1553. Liste des maîtresses du Vert-Galant


Voir en ligne : histoire et secrets

  • 1. Madame Vincent, charbonnière. L’une des premières maîtresses de Henri IV.
    Date inconnue
  • 2. Fleurette de Nérac (?-1592), fille de jardinier au château de Nérac, demeure du roi Henri III de Navarre.
    Liaison avec le roi en 1571-1572
  • 3. Charlotte de Beaune-Semblançay (1551-1617), marquise de Noirmoutier.
    Liaison avec le roi en 1572 [1]
  • 4. Bretine de Duras, fille de meunier.
    Date inconnue
  • 5. Victoire d’Alaya ou d’Ayelle (1553-ap.1584), fille d’honneur de Catherine de Médicis.
    Liaison avec le roi vers 1574
  • 6. Marguerite d’Avila dite Dayelle (1553-1625), fille d’honneur de Catherine de Médicis.
    Liaison avec le roi en 1575
  • 7. Louise de La Béraudière du Rouhet (1538-1608), baronne d’Estissac puis dame d’Arcis-sur-Aube.
    Liaison avec le roi en 1575.
  • 8. Louise Borré (1555-1632), fille de notaire royal.
    Liaison avec le roi en 1575-1576
  • 9. La Boulangère de Saint-Jean.
    Date inconnue
  • 10. Jeanne de Tignonville (?-ap.1599), fille d’un seigneur de Tignonville, baronne de Pardaillan et de Panjas.
    Liaison avec le roi vers 1577-1578
  • 11. Melle Constans, fille d’un avocat de Montauban.
    Date inconnue
  • 12. Madame d’Allous.
    Liaison avec le roi en 1579
  • 13. Aimée Le Grand.
    Liaison avec le roi en 1579
  • 14. La Garce de Goliath.
    Liaison avec le roi en 1579
  • 15. Mme de Kernevenoy, épouse du professeur d’équitation d’Henri de Navarre, lorsqu’il était jeune.
    Date inconnue
  • 16. Catherine de Luc (?-1579), fille d’un médecin d’Agen. Liaison avec le roi en 1579
    17. Arnaudine, servante de Catherine de Luc. Liaison avec le roi en 1579
  • 18. Anne de Cambefort (?-1579). Elle se suicide en se jetant par la fenêtre après le départ du roi de Navarre.
    Liaison avec le roi en 1579
  • 19. Anne de Balzac de Montaigu.
    Liaison avec le roi en 1579
  • 20. Françoise de Montmorency-Fosseux (1566-1641), la Belle Fosseuse, baronne de Cinq-Mars.
    Liaison avec le roi en 1579 [2]
  • 21. Marguerite de Rebours (v.1557-1610), Mlle de Rebours.
    Liaison avec le roi vers 1579
  • 22. La nourrice de Casteljaloux. Date inconnue
    23. Anne de Maridor (v.1559-ap.1585), dame de Haraucourt. Date inconnue
  • 24. Anne de Petonville.
    Liaison avec le roi en 1580
  • 25. Les sœurs jumelles de l’Epsée.
    Liaison avec le roi en 1580
  • 26. Madame de Sponde.
    Liaison avec le roi en 1580
  • 27. Mademoiselle Maroquin.
    Liaison avec le roi en 1580
  • 28. Xainte, soubrette de la reine Margot.
    Liaison avec le roi en 1580
  • 29. Diane d’Andouins (1554-1621), la belle Corisande, comtesse de Gramont.
    Liaison avec le roi de 1583 à 1589
  • 30. Marguerite de Gramont (1554-ap.1572), vicomtesse de Duras. Belle sœur de Corisande, grande amie de Margot, fut l’une des petites maitresses de Henri IV.
    Date inconnue
  • 31. Martine de Boislambert, rochelaise avec qui Henri IV eut un enfant.
    Liaison avec le roi en 1587
  • 32. Esther Imbert (1570-1593), fille d’un avocat au présidial de La Rochelle.
    Liaison avec le roi en 1587 [3]
  • 33. Fanuche, jeune fille vantarde.
    Date inconnue
  • 34. Bretoline.
    Liaison avec le roi vers 1589
  • 35. Antoinette de Pons (1570-1632), marquise de Guercheville. Elle résista au roi.
    Tentative de séduction en 1589
  • 36. Catherine de Verdun (1568-ap.1633), supérieure de l’abbaye de Longchamp.
    Liaison avec le roi en 1590
  • 37. Marie de Beauvilliers (1574-1657), abbesse de Montmartre.
    Liaison avec le roi en 1590
  • 38. Claude de Beauvilliers (1573-1628), soeur de la précédente, abbesse de Pont-aux-Dames.
    Liaison avec le roi en 1590
  • 39. Angélique d’Estrées (1570-1634), sœur de Gabrielle, abbesse de Maubuisson.
    Date inconnue
  • 40. Gabrielle d’Estrées (1571-1599), marquise de Montceaux puis duchesse de Beaufort.
    Liaison avec le roi de 1591 à 1599
  • 41. Louise de Budos (1575-1598), connétable de Montmorency.
    Liaison avec le roi vers 1596
  • 42. Madame Quelin, épouse d’un conseiller de Parlement à Paris.
    Liaison avec le roi en 1598
  • 43. Isabelle Potier, la femme du président de Boinville.
    Liaison avec le roi en 1598-1599
  • 44. Julienne-Hippolyte d’Estrées (1580-ap.1667), duchesse de Villars.
    Liaison avec le roi en 1599
  • 45. Mademoiselle Clein.
    Liaison avec le roi en 1599
  • 46. La Glandée, fille de joie, experte en la matière.
    Liaison avec le roi en 1599
  • 47. Marie Babou de La Bourdaisière (1584-ap.1617), vicomtesse d’Estoges.
    Liaison avec le roi vers 1599
  • 48. Marie d’Escoubleau (1579-ap.1618), dame de Vastan puis comtesse de Tessé.
    Date inconnue
  • 49. Claude, jeune femme qu’il rencontre chez Zamet. Date inconnue
    50. Catherine-Henriette de Balzac d’Entragues (1579-1633), marquise de Verneuil.
  • Liaison avec le roi entre 1599 et 1609
    51. Jacqueline de Bueil (1588-1651), comtesse de Moret.
  • Liaison avec le roi entre 1604 et 1607 [4]
    52. Louise de La Châtre dite "Mademoiselle de La Châtre" (v.1586-ap.1606).
  • Liaison avec le roi vers 1606
    53. Charlotte des Essarts (1580-1651), comtesse de Romorantin. Liaison avec le roi entre 1607 et 1609 [5]
  • 54. Marie-Charlotte de Balzac d’Entragues (1588-1664), soeur d’Henriette d’Entragues.
    Liaison avec le roi entre 1605 et 1609
  • 55. Charlotte de Fontlebon (v.1588-ap.1633), comtesse de Civray.
    Liaison avec le roi vers 1608
  • 56. Angélique Paulet (1591-1650), Mlle Paulet.
    Liaison avec le roi vers 1609
  • 57. Charlotte-Marguerite de Montmorency (1594-1650), princesse de Condé.
    Liaison avec le roi en 1610 [6]

Notes

[1] Henri IV n’est pas appelé le vert-galant pour rien. Outre ses maîtresses officielles, le roi vit également de petites histoires, plus ou moins courtes. L’une de ses premières maîtresses connues se prénomme Charlotte de Beaune-Semblançay. Fille du vicomte de Tours, Jacques de Beaune, et de Gabrielle de Sade, elle naît en 1551. Charlotte devient baronne de Sauve et vicomtesse de Tour lorsqu’elle épouse, en 1567, le sécrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Simon de Fizes. Dame d’honneur de Catherine de Médicis dès 1569, Charlotte de Sauve fait partie de "l’escadron volant" de la reine : elle prend pour amants des princes de la cour pour espionner ses derniers sur ordre de Catherine de Médicis, recueillir des informations et s’assurer de leur loyauté envers le roi de France. Charlotte est la maîtresse épisodière d’Henri de Bourbon -alors roi de Navarre - de 1572 à 1577. La jeune femme entretient également une liaison avec le frère cadet d’Henri III, le duc d’Alençon, ainsi qu’avec le prince Henri de Guise. Ce dernier périt d’ailleurs assassiné le 23 décembre 1588 au château de Guise après avoir passé la nuit avec Charlotte. La légende raconte que Madame de Sauve fut également exécutée avec son amant cette nuit là. Il n’en est rien. Veuve en 1579, Charlotte se remarie en 1584 avec le marquis de Noirmoutier, François de la Trémoïlle, à qui elle donne un fils en 1586. Après la mort d’Henri de Guise, Charlotte se fait plus discrète. Elle rejoint le service de la reine Louise de Lorraine en 1585. Madame de Sauve décède fin septembre 1617, âgée de 66 ans.

[2] Alors qu’il n’est encore que roi de Navarre, Henri s’éprend de Françoise de Montmorency-Fosseux, dite la "belle Fosseuse". Née en 1566, elle a tout juste 13 ans lorsqu’elle devient fille d’honneur de la reine Marguerite de Valois et la maîtresse d’Henri, en 1579. Celui-ci est très attaché à la jeune Françoise, souffrant de son mariage avec la fille de Catherine de Médicis. Sa jeune maîtresse tombe rapidement enceinte ce qui provoque la colère de la reine de Navarre. Celle-ci s’arrange pour que la naissance ait lieu le plus discrètement possible. Françoise accouche d’une fille mort-née en 1581 puis est chassée par l’épouse de son amant en 1582. En 1596 Charlotte épouse le baron de Cinq-Mars-la-Pile, François de Broc, a qui elle donnera cinq enfants. La belle Fosseuse s’éteint le 6 décembre 1641.

[3] Alors qu’Henri a pour favorite Diane d’ Andouins, il lui fait une infidélité -une parmi tant d’autres ! - en contant fleurette à une jeune rochelaise nommée Esther Imbert (ou Ysambert) à la fin de l’année 1586. Fille d’un bourgeois et avocat de La Rochelle, la jeune fille n’a que 17 ans. En aout 1587, Esther met au monde un garçon que le roi fait prénommer Gédéon. A l’occasion de cette naissance, la jeune mère reçoit une fortune somme d’argent de la part du roi, afin d’entretenir sa maison et leur fils. Hèlas, l’enfant décède en novembre 1588. Il avait reçu la qualité de bâtard royal par son père qui se montre "fort affiché de la perte de son petit", comme il l’écrit à sa maîtresse Diane d’Andouins. Après la mort de son fils, Esther Imbert reçoit 600 écus par année. En 1592, Esther se présente à Saint-Denis pour voir le roi. Vivant misérablement, elle espère en son ancien amant. Mais Henri IV, alors fou de Gabrielle d’Estrées, refuse de la recevoir et d’entendre parler d’elle. Esther Imbert meurt en 1693 à Saint-Denis et son corps est déposé dans une fosse commune.

[4] Vers l’année 1604, Henri IV entame une relation amoureuse très discrète avec Jacqueline de Bueil. Fille du baron de Bueil, la jeune fille est née en 1588. Le roi la marie en octobre 1604 avec Philippe de Harlay de Champvallon, seigneur de Cézy, puis éloigne le mari de la belle. Le 1er janvier 1605, Jacqueline reçoit le titre de comtesse de Moret. La jeune femme donne un fils au roi en 1607, prénommé Antoine (décédé en 1632) et légitimé en 1608. C’est à cette époque que le mariage de la comtesse de Moret est dissout . Henri IV découvre peu après la liaison de sa maîtresse avec le prince de Joinville et se sépare de Jacqueline. En 1617, la comtesse de Moret épouse le marquis de Varde, René Crespin du Bec, à qui elle donnera deux fils. Elle s’éteint en octobre 1561 et repose en la chapelle Notre Dame de la Pitié.

[5] En mars 1607, Henri IV s’est déjà consolé du départ de Jacqueline avec la jolie Charlotte des Essarts, née vers l’année 1585 . Charlotte reçoit de multiples présents de la part de son amant et lui donne deux filles : Jeanne Baptiste (1608-1670) et Marie Henriette (1609-1629), qui seront toutes deux religieuses. En 1610, Charlotte est faite comtesse de Romorantin. Le roi finit par découvrir que sa maîtresse a déjà eu de nombreux d’amants avant lui et qu’elle entretient encore de multiples liaisons. Après avoir mis la main sur des lettres enflammées de Charlotte à ses anciens galants, Henri IV la fait mettre au couvent d’où elle s’échappe. Charlotte des Essarts épouse secrètement en 1611 Louis de Lorraine, archevêque-duc de Reims, dont elle aura six enfants. Veuve en 1621, elle se remarie en 1630 avec le duc de Rosnay, François de L’Hopital. Charlotte des Essarts décède à Paris, le 8 juillet 1651.

[6] Elle n’aurait pas cédé aux avances du roi