Le50enligneBIS
> Paroisses (Manche) > ghi > Hémevez > Documents > Chartrier d’Hémevez

Chartrier d’Hémevez


Voir en ligne : sur le site des AD50

Lu dans le très beau terrier des archives du château d’Hemevez en ligne aux AD un accord entre la commanderie Valcanville et les habitants relevant de la commanderie Valcanville sur les droits de mortage Suivi de divers procès. ICI


Sur l’histoire mouvementée de ces archives :

Abandonnées au château d’Hémevez dans la Manche, des pages d’un chartrier vieux de 800 ans ont été volées après la Seconde Guerre mondiale, pour être revendues en France et en Europe. Des habitants de cette petite commune du Cotentin les traquent pour les remettre aux Archives. C’est à bicyclette que Claude Brosselin a fait la rencontre du château d’Hémevez, dans le Nord-Cotentin, au début des années 1980. Alors copropriétaire d’un château du XVIIIe siècle, à Négreville, à 12 km de là, ce professionnel de la décoration est séduit par un étroit chemin de terre bifurquant vers un sous-bois. Il s’y enfonce, passe devant une église de style gothique et débouche sur «  le château de la Belle au bois dormant  ». «  Le temps était comme suspendu  », sourit-il dans des vapeurs de cigare. Au pied des murs s’entremêlent arbres abattus et charrues défoncées. Comme aujourd’hui, le lierre serpente sur la pierre de couleur claire. Originaire de Paris, Claude Brosselin, émerveillé, cherche à savoir si le château est à vendre. Il contacte les propriétaires, la famille Ango de La Motte-Ango de Flers qui a fui la guerre, au début des années 1940. En 1982, il acquiert la bâtisse «  sans se rendre compte de la folie et de l’ampleur du chantier. Il pleuvait et il neigeait ici  », illustre-t-il à la table de son salon, ceinte de bergères et d’une bibliothèque murale, à l’étage d’un bâtiment du XVIIe. Après des années d’occupation allemande, pendant lesquelles il a servi de kommandantur, le château a été vandalisé, méticuleusement dépouillé de ses nombreux meubles et objets, lustres en cristaux, cheminées en marbre, fenêtres et planchers. Les pilleurs ont aussi profané sa mémoire. Dans une petite pièce servant de jonction avec un bâtiment du XIXe, désormais transformée en lingerie, Claude Brosselin découvre, par terre, un tapis de pages «  très abîmées, maltraitées par le vent et l’humidité. Je me suis rendu compte que certaines, en vélin, dataient du XIIe, XIIIe, XIVe siècles… Toutes portaient des cachets de cire. Extraordinaire.  » Elles appartiennent au chartrier d’Hémevez (183 habitants), nourri pendant huit cents ans de comptes rendus de procès, rentes, droits de propriété, quittances, correspondances, partages de succession… rédigés par les cinq familles qui se sont succédé à la tête de la seigneurie (Sainte-Mère-Église, Hamon, Cadot de Riou, Gaureaul du Mont et Ango de La Motte-Ango de Flers). Certains documents sont frappés de sceaux prestigieux  ; d’autres affichent des enluminures. Un acte, par lequel Guillaume Cadot est fait sieur de Saint-Michel, est même signé de la main de Louis XIII. Malheureusement, ces derniers documents, les plus précieux, ont disparu, volés. «  Une investigation de longue haleine  » Claude Brosselin entreprend de remonter les siècles, s’appuyant sur ce qui a été conservé, le détail des bâtiments réquisitionnés à la Révolution, les actes de propriéte des biens détenus par la famille, dans les années 1900  : des châteaux dans le sud-est de la France et un hôtel des Maréchaux, à Paris. Avec l’aide de sa femme, ce passionné d’antiquités trie les précieuses chartes et les met à l’abri dans deux caisses. Dans les années 2000, le couple les donne à un agent immobilier, d’origine anglaise, très intéressé pour reprendre le domaine et en faire un complexe touristique. Mais au bout d’un an, la vente avorte. «  Manque de pot, l’agent immobilier a tout de même gardé les actes  », regrette Jean-Marc Joly, maire et président de l’association pour la sauvegarde du patrimoine d’Hémevez, créée en 2010. En 2014, ce professeur des écoles, passionné d’histoire locale, entame «  une investigation de longue haleine  ». Il prend contact avec l’agent. Plusieurs négociations tombent à l’eau. En août, l’homme accepte finalement de vendre, pour 2 000 €, tous les documents qu’il possède, disséminés jusqu’en Turquie et au Royaume-Uni. Ils seront prochainement remis aux Archives de la Manche. «  Notre objectif est que tout le monde profite de ces pièces qui concernent des centaines de familles, et qu’elles soient bien conservées  », martèle Jean-Marc Joly. Il reste lucide  : «  Nous ne récupérerons pas tout. Personne ne sait combien de pages exactement compte le chartrier.  » Une partie est conservée par des membres de la famille de Flers, à Paris. Pour Claude Brosselin, qui suit de près l’activité de l’association, «  c’est inespéré que quelqu’un se bouge comme ça  ». Cet été, le châtelain a remis en état la partie la plus ancienne du domaine, datant du XVe siècle. Il a aussi accueilli un méchoui qui permet à l’association et à ses douze membres de récolter des fonds. Une nouvelle phase s’ouvre dans le plan de reconquête du chartrier  : «  S’attaquer à tous ceux qui ont acheté aux pilleurs, annonce le maire. J’ai plein de noms.  » Il suit attentivement l’activité de ces «  amateurs d’histoire locale  » qui cèdent au compte-gouttes des pages, chez des brocanteurs, dans des vide-greniers ou sur Internet, pour des poignées d’euros. En juin, Jean-Marc Joly a ainsi racheté à un Valognais «  huit très belles lettres échangées entre la famille de Flers et un avocat de Valognes, en référence à un acte de justice  ». Du côté du château, un nouvel épisode de restauration se prépare. Et pas des moindres  : celui du bâtiment du XIXe siècle. Les plans sont prêts. Les travaux, auxquels participeront les trois filles de Claude Brosselin, devraient débuter l’année prochaine. https://www.ouest-france.fr/culture...

Chartrier d'Hémévez

La majorité des pièces de ce petit fonds a été achetée par les archives départementales de la Manche le 6 août 1999 à la maison Préface - Thierry Haize, à Coutances.
Certaines autres ont été acquises auprès de Jean-Yves Lallier en 2003 et depuis complétées par plusieurs dons ou acquisitions.. D’autres documents ont fait l’objet d’un don de Frédéric Le Bon en 2012 ;
Toutes ces archives ont été rassemblées, car elles forment le reliquat d’un chartrier beaucoup plus important qui fut dispersé et pillé dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale.
Des renseignements particuliers communiqués à l’archiviste du département en septembre 1962 signalent qu’un de la Motte-Ango de Flers ayant légué ses biens à deux cousins, une partie du chartrier aurait été transférée à Paris chez un membre de la famille de Mandat-Grancey et l’autre conservée (?) à Hémévez dans un placard sur le sol. Dans les années qui suivirent le château connut un état de quasi abandon et des pièces de ce chartrier se retrouvèrent chez des collectionneurs, notamment chez un coiffeur du nord cotentin qui encadrait les plus spectaculaires pour les revendre à sa clientèle.

A côté de celle reconstituée et acquise par les archives départementales, d’autres parties du chartrier ont été retrouvées.
En particulier, l’auteur de « Inventaire du Chartrier d’Hémévez, 800 ans d’histoire « aurait toujours en sa possession les pièces qui lui aurait servies à écrire son ouvrage.

Souhaitons qu’un jour celui-ci se résoudra à remettre ces pièces aux archives départementales. Elles appartiennent au patrimoine commun et n’ont rien à faire dans une bibliothèque privée.

Dernièrement ( août 2014), sur le vide grenier de Négreville j’eus l’immense surprise de retrouver sur un stand un grand nombre de pièces avantageusement mises en valeur sous la forme de petits tableaux vendus quelques euros aux amateurs et passionnés de calligraphie.
Leur nouveau propriétaire, Mr Geoffrey Still avait récupéré ces pièces stockées « dans le placard sur le sol » à l’occasion de la tentative avortée d’acquisition du château d’Hémévez. Monsieur et madame Brosselin, nouveaux et toujours propriétaires du château, les lui avait alors volontiers données.

Souhaitons que le contact, inattendu, noué à Négreville contribuera à reconstituer ce fonds essentiel à la connaissance historique d’une petite commune du Cotentin.

http://hemevez.fr/docs/Chartrier%20...

JPEG - 103.7 ko