Le50enligneBIS
> Paroisses (Manche) > anciennes et nouvelles communes > L’évolution du nombre de paroisses et communes de la Manche

L’évolution du nombre de paroisses et communes de la Manche

remis en forme pour le BIS avec l’accord et à la demande de l’auteur François Vulliod.
extrait de :
“La Normandie occidentale (la Manche) de la fin du Moyen Age au milieu du XIX siècle : étude démographique et économique”
par Francois Vulliod
Thèse de doctorat en Histoire, histoire de l’art et archeologie
université de Caen
La soutenance a eu lieu le 11-12-2018


1

JPEG - 2.6 ko

vant le xve siècle, 689 paroisses recouvraient l’actuel territoire de la Manche, selon les informations figurant dans les pouillés anciens [1] des diocèses de Coutances (468 paroisses), d’Avranches (177 paroisses) et de Bayeux (44 paroisses), qui se sont partagés ce territoire jusqu’au concordat de 1801. Huit paroisses furent créées sous l’Ancien Régime (tableau ci-dessous), mais une seule fusion est intervenue (Saint-Benoît-de-Beuvron avec Saint-James au xve siècle). Notons également que l’abbaye de Lessay était encore au xiiie siècle une quasi-paroisse (sous le nom latin d’Exaquium), qui finit par disparaître au profit de la paroisse de Sainte-Opportune créée en 1337 pour le village qui se développait à coté de l’abbaye. La Manche compta donc 696 paroisses à la fin de l’Ancien Régime.

Saint-Ebremont-de-Semilly à partir de St-Pierre-de-Semilly (avant le xve siècle)
Saint-Martin-de-Chaulieu à partir de Chaulieu (vers1520)
Saint-Sauveur-de-Chaulieu à partir de Chaulieu (vers1520)
Moutons à partir de St-Clément-Rancoudray (en 1649, jusqu’en 1792)
Notre-Dame-d’Elle à partir de Saint-Germain-d’Elle (vers 1720)
Saint-André-de-l’Epine à partir de Couvains (vers 1740)
Saint-Jean-de-Savigny à partir de Couvains (vers 1740)
Saint-Nicolas-de-Granville à partir de Granville (xviie s. ; auparavant succursale)

Tableau 1 : Paroisses créées sous l'Ancien Régime

2

JPEG - 2.4 ko

ept villes seulement (Avranches, Coutances, Granville, Mortain, Saint-Lô, Torigny et Valognes) étaient divisées, avec les faubourgs et villages qui en constituaient la proche banlieue, en plusieurs paroisses ; la « ville » proprement dite (bourgeoisie) ne s’étendait cependant pas à la totalité celles-ci.

Villes Paroisses
Avranches Notre-Dame-des-Champs, Saint-Gervais, Saint-Saturnin
Coutances Saint-Pierre, Saint-Nicolas
Granville Notre-Dame, Saint-Nicolas-près-Granville
Mortain Mortain, Le-Rocher, Le-Neufbourg
Saint-Lô Notre-Dame, Saint-Thomas, Sainte-Croix, Saint-Georges-de-Montcocq
Torigny Notre-Dame, Saint-Laurent
Valognes Saint-Malo, Notre-Dame-d’Alleaume

Tableau 2 : Villes (avec leur banlieue) divisées en plusieurs paroisses

3

JPEG - 2.2 ko

utre leur fonction ecclésiastique, les paroisses étaient, avant la Révolution, l’entité territoriale de base au sein de laquelle s’organisait la vie civile des communautés d’habitants [2] : elles disposaient dans ce cadre d’une certaine forme de personnalité morale, pour gérer leurs biens et intérêts communs et pour répartir certains impôts qui leur étaient collectivement imputés. Trois paroisses n’ont cependant jamais été considérées comme des communautés autonomes du point de vue civil et fiscal : Tourneville, associée depuis le xiiie siècle à Annoville (deux églises paroissiales desservies par un même curé) ; Pont-Brocard, associée de même à Dangy ; enfin Moutons, créée en 1649 [3] mais restée intégrée fiscalement à St-Clément-Rancoudray.

En 1789, les paroisses constituèrent la plupart du temps le cadre au sein duquel les habitants se réunirent pour élaborer leurs listes des doléances et elles eurent ensuite toutes vocation à devenir des communes. Il y eut peu d’exceptions : les trois paroisses précédentes qui n’étaient pas des « communautés » furent immédiatement intégrées dans la commune de leur paroisse associée, de même que le Homme ou l’Ile-Marie (qui ne comptait alors que trois familles) avec Picauville ; Orbeville, qui n’était pas antérieurement une paroisse mais une communauté au sein de St-Denis-le-Gast, devint commune ; les villes devinrent communes dans les limites de leur ancienne bourgeoisie.

En 1792, la Manche comptait 692 communes [4]. Puis vingt fusions d’anciennes paroisses intervinrent avant 1800 (tableau ci-dessous).

Communes Fusionnées avec
Anneville-sur-Mer Geffosses
Dragueville Le Mesnil-Villeman
Grimouville et Urville-près-la-Mer Regnéville
Hauteville-sur-Mer Montmartin-sur-Mer
La Haye-Comtesse Sourdeval-les-Bois
Le Homme (L’Isle-Marie) Picauville
Le Homméel Gratot
Le Mesnilbus Parties de Saint-Aubin-du-Perron, Montcuit, St-Sauveur-Lendelin
Le Rocher Mortain
Linverville et Montcarville Gouville-sur-Mer
L’Orbehaye Montaigu-les-Bois
Notre-Dame-de-Torigny Saint-Laurent-de-Torigny
Orbeville Saint-Denis-le-Gast
Pont-Flambart Lengronne
Le Quesney Contrières
Rideauville Saint-Vaast-la-Hougue
Saint-André-de-Valjois Gavray
Sainte-Marguerite Bricqueville-sur-Mer
Saint-Louet-sur-Sienne Trelly
Saint-Martin-le-Vieux Bréhal

Tableau 3 : Fusions d'anciennes paroisses intervenues avant 1800

 [5]

4

JPEG - 2.2 ko

n passera ensuite de ces communes issues de la Révolution aux 601 communes existant en 2010 par 9 créations, par l’addition en 1850 de Bois-Benâtre (antérieurement dans le département du Calvados), et par 80 nouvelles fusions (voir les tableaux ci-après). Notons que l’organisation ecclésiastique de la Manche a été simplifiée de façon beaucoup plus radicale que l’organisation administrative, puisque le nombre de paroisses a été ramené de 696 avant la Révolution à 559 vers 1810 [6], puis à 63 en 2005.

Communes Créées à partir de Date
Mesnilbus (Le) (Recréée) St-Aubin-du-Perron 1823
Anneville-près-la-Mer (Recréée) Geffosses 1830
Montfarville (Recréée) Barfleur 1831
Hauteville-sur-Mer (Recréée) Montmartin-sur-Mer 1836
Etang-Bertrand (L’) Bricquebec 1895
Rocheville Bricquebec 1895
Saint-Jacques-de-Néhou Néhou 1899
Glacerie (La) Tourlaville 1901
Saint-Joseph (Parties de) Valognes, Brix, Tamerville, Négreville 1929

Tableau 4 : Les créations de communes intervenues entre 1800 et 2010

5

Communes Fusionnées avec Date
St-Benoît-de-Beuvron Saint-James 1802
Montfarville Barfleur 1804
St-Germain-la-Campagne Gorges 1805
Hautmoitiers Anglesqueville-Lestre 1811
Ste-Marie-d’Audouville Saint-Martin-d’Audouville 1811
Buisson (Le) Saint-Germain-sur-Sèves 1812
Cauquigny Amfreville 1812
Clouay Saint-Jean-de-Savigny 1812
Omonville-la-Foliot Denneville 1812
St-Quentin-d’Elle Bérigny 1812
Tourville Anglesqueville-Lestre 1812
St-Christophe-d’Aubigny Saint-Martin-d’Aubigny 1813
Gouey Portbail 1818
Grenneville Crasville 1818
Notre-Dame-d’Allonne St-Pierre- d’Allonne (Les-Moitiers-d’Allonne) 1818
Ste-Croix-au-Bocage Teurthéville-au-Bocage 1818
St-Paul-des-Sablons Baubigny 1824
Notre-Dame-de-Cresnay Saint-Pierre-de-Cresnay 1825
Grippon (Le) Chambres (Les) 1826
St-Fragaire Beslon 1826
Chapelle-Heusebrocq (La) Beuvrigny 1829
Ste-Marie-des-Monts Saint-Vigor-des-Monts 1829
St-Martin-des-Champs Saint-Aubin-de-Losque 1831
St-Pierre-d’Arthenay Hommet (Le) 1831
St-Ebremond-sur-Lozon Saint-Louet-sur-Lozon 1832
St-Sauveur-de-Bonfossé Saint-Martin-de-Bonfossé 1832
Montaigu Placy-Montaigu 1834
Esglandes (Les-Glandes) Pont-Hébert 1836
Mesnil-Durand (Le) Pont-Hébert 1836
St-Pierre-du-Tronchet Villedieu-les-Poëles 1836
Saultchevreuil Villedieu-les-Poëles 1836
Auville-sur-le-Vey Beuzeville-sur-le-Vey 1837
Bois-Benâtre Coulouvray 1850
Valognes (Notre-Dame-d’Alleaume) Valognes 1867
St-Nicolas-près-Granville Granville 1962
St-Lô (Ste-Croix) Saint-Lô 1963
St-Lô (St-Thomas) Saint-Lô 1963
Nacqueville Urville-Hague 1964
Saultchevreuil-du-Tronchet Villedieu-les-Poëles 1964
Bourey Cérences 1965
Carteret Barneville 1965
Coutances (St-Nicolas) Coutances 1965
Hainneville Equeurdreville 1965
Lastelle Le-Plessis 1965
Buat (Le) Isigny-le-Buat 1969
Angoville Cosqueville 1973
Ardevon Pontorson 1973
Beslière (La) Folligny 1973
Biards (Les) Isigny-le-Buat 1973
Boucey Pontorson 1973
Boulouze (La) Saint-Ovin 1973
Chalandrey Isigny-le-Buat 1973
Chapelle-du-Fest (La) St-Amand-du-Fest 1973
Cormeray Pontorson 1973
Curey Pontorson 1973
Gerville Gesly 1973
Mancellière (La) Isigny-le-Buat 1973
Mesnil-Bœufs (Le) Isigny-le-Buat 1973
Mesnil-Bonant (Le) Gavray 1973
Mesnil-Drey (Le) Folligny 1973
Mesnil-Hue (Le) Gavray 1973
Mesnil-Thébault (Le) Isigny-le-Buat 1973
Moidrey Pontorson 1973
Montgothier Isigny-le-Buat 1973
Montigny Isigny-le-Buat 1973
Naftel Isigny-le-Buat 1973
Noirpalu Tanu (Le) 1973
Pas (Les) Pontorson 1973
Ronthon Dragey 1973
Ste-Eugienne Tirepied 1973
Ste-Suzanne Prétot 1973
St-Léger St-Jean-des-Champs 1973
St-Martin-de-Chaulieu St-Sauveur-de-Chaulieu 1973
St-Michel-des-Loups Bouillon (Jullouville) 1973
St-Symphorien-les-B. St-Amand 1973
St-Ursin St-Jean-des-Champs 1973
Vezins Isigny-le-Buat 1973
Vrasville Coscqueville 1973
Octeville-près-Cherbourg. Cherbourg 2000
Mesnil-Angot (Le) St-Michel-de-Graignes 2007

Tableau 5 : Les fusions de communes intervenues entre 1800 et 2010

Notes

[1] Pouillé de Coutances de 1280 environ édité par Léopold Delisle (« Pouillé de Coutances », op. cit.) ; pouillés de Coutances de 1332, d’Avranches de 1412 et de Bayeux de 1494 édités par Auguste Longnon (« Pouillés de la Province de Rouen », op. cit.)

[2] Pour une analyse générale des relations entre paroisses et communautés, voir Antoine Follain (éd.), L’argent des villages du XIIIe au XVIIIe siècle : comptabilités paroissiales et communales, fiscalité locale. Actes du colloque d’Angers, 30-31 octobre 1998, 2000

[3] Abbaye de femmes créée avant 1402 (voir Inventaire sommaire des archives de la Manche, série H)

[4] Archives nationales, D IVbis 67, dossier 3

[5] Introduction de Paul Le Cacheux à l’Inventaire sommaire des archives de la Manche, série L, 1914-1919.

[6] Compte moral de l’année 1808, présenté par le Préfet de la Manche au Conseil général, Archives nationales, F20 215, p. 39