Le50enligneBIS

Île Tromelin


L’île Tromelin est située à 436 kilomètres à l’est de Madagascar et à 561 kilomètres au nord de l’île de La Réunion. Elle est entourée de fonds marins de 4 000 mètres de profondeur. Il n’a pas encore été clairement défini si elle constitue le sommet émergé d’un volcan sous-marin ou s’il s’agit d’un atoll surélevé.

L’île Tromelin est composée d’un terrain plat et sablonneux, recouvert d’arbustes épars, battu par les vents et chahuté par les alizés.

Son point le plus élevé ne dépasse pas sept mètres.

D’une forme ovoïde, sa côte de 3,7 kilomètres de longueur est sablonneuse. L’île est longue d’environ 1 700 mètres et large au maximum de 700 mètres. Elle est ceinturée par une barrière de récifs coralliens particulièrement dangereux à la navigation et rendant son accès très difficile. L’accostage se fait uniquement par temps calme et par un seul point, au nord-ouest où il existe une passe étroite. Très souvent, les lames déferlent sur les récifs, rendant tout abordage impossible. Une piste permettait l’atterrissage de petits avions et de C-160 Transall de l’armée, désormais condamnée pour protéger les oiseaux. L’accès se fait par hélicoptère.

La faune est essentiellement constituée de bernard-l’ermite (Paguroidea), d’oiseaux marins et de tortues marines pour lesquelles l’île est un important lieu de ponte. La tortue verte (Chelonia mydas), aussi appelée tortue franche, est principalement rencontrée et, dans une moindre mesure, la tortue à écailles, plus connue sous le nom de caret. Les oiseaux vivant en colonies permanentes et se reproduisant sur l’île sont les fous masqués à palmes noires (Sula dactylatra) et les fous à pieds rouges (Sula sula). D’autres sont simplement de passage, comme les frégates (suivant le régime des vents) et les sternes blanches (Gygis alba), ces dernières sont observées au moins en août, septembre, octobre. Des Charadriiformes, tournepierre à collier (Arenaria interpres) et Courlis (Numenius sp.) fréquentent également l’île, au moins entre août et octobre.