Le50enligneBIS

Théodore GERICAULT - l’énigme du BIS


une enigme de Georges-André CHUQUET


Géricault, Théodore

Géricault, Théodore


Né dans un milieu bourgeois (1) il lance une révolution (2)

Ses séances de monte lui vaudront de terribles embarras (3)

Et la reconstitution d'un évènement d'actualité(4) le scandale (5)


Indices :

Il est habité par deux passions l'art et le cheval (5)

Son atelier devint la succursale de la Morgue (4)

Lui qui peignait les chevaux est mort d'une chute de cheval à l'âge de 33 ans




(1) Né dans un milieu bourgeois très aisé, c'est à un oncle que Géricault doit sa réussite en tant que peintre. Son père aurait préféré l'orienter vers les affaires…

(2) mais pour celui qui allait bientôt lancer dans la peinture française la "révolution romantique" avec son célèbre "radeau de la Méduse", ce n'était certainement pas la voie qu'il fallait à son génie.

(3) En 1815, à la chute de l'empire il est âgé de vingt-quatre ans. Peintre confirmé et reconnu, il est beau, il est fort, il est jeune... Géricault se rend souvent au château de Versailles pour peindre les chevaux des écuries impériales et pour les monter.

La maison de l'oncle est proche, et il arrive parfois que le maître soit absent. Alors, la séance de monte se poursuit sous une autre forme ; Géricault s'éprend en effet d'Alexandrine Caruel, la jeune épouse de Jean Baptiste Caruel de Saint Martin, son oncle maternel. De cette liaison, qui durera plusieurs années et qui s'avèrera désastreuse pour l'artiste, naquit un fils, Hippolyte Georges

(4) Il prend connaissance du récit de deux survivants : Alexandre Corréard, l'ingénieur géographe de La Méduse, et Henri Savigny, le chirurgien du bord.

Il fera construire une maquette grandeur nature du bateau dans son atelier et demandera aux sept rescapés du naufrage de venir poser pour lui. Il ira e jusqu'à exposer dans son atelier des restes humains. Grâce à un ami médecin à l'hôpital de Beaujon, proche de son atelier, Géricault pourra obtenir des bras et pieds amputés, afin de les étudier. Il dessinera plusieurs fois une tête décapitée, obtenue à Bicêtre, où se trouvait une institution qui était tout à la fois hospice, prison et asile d'aliénés. Selon son biographe, une puanteur étouffante régnait dans son atelier de la rue du Faubourg-du-Roule. Géricault travaillera avec acharnement, pendant une année entière, à une œuvre de 35 m2 qui est, selon l'expression de Michel Schneider, "une leçon d'architecture autant qu'une leçon d'anatomie"

(5) Le Radeau de la Méduse, fit scandale d'une part par à cause du réalisme cru de l'oeuvre, et d'autre part parce qu'on jugea que l'artiste critiquait ouvertement le gouvernement qu'une partie de l'opinion tenait responsable du naufrage de la Méduse. Le tragique incident et les récits d'accès de folie, de violence, de cannibalisme enflammèrent l'opinion qui ne tarda à reprocher au gouvernement de la Restauration d'avoir nommé un aristocrate incompétent aux commandes de la frégate naufragée.

(5) Originaire de la Manche, à St Cyr du Bailleul où un lieu-dit éponyme "l'hotel Géricault" existe toujours. Il y reviendra pendant de nombreuses années, notamment chez ses cousins à Saint Georges de Rouelley, près de St Cyr. C'est là qu'il découvrira le milieu équestre.


JPEG - 26.2 ko
JPEG - 123.7 ko
tombe de Gericault

Portfolio