Le50enligneBIS

Maison de Goyon, de Goyon de Matignon


La Maison de Goÿon est une ancienne famille bretonne et normande, qui vers la fin du XIIe siècle prit le nom de Goÿon de Matignon. Elle donna à la France, sous l’Ancien régime plusieurs maréchaux de France et évêques (Condom, Coutances, Lisieux). Sires de Matignon, comte de Torigni et de Gacé, barons de Saint-Lô, les Matignon accédèrent en 1731 au trône de Monaco à la suite du mariage de Jacques de Goyon de Matignon (1689 - 1751) avec Louise-Hippolyte de Monaco (1697 - 1731), fille aînée et héritière d’Antoine II (1661 - 1731), prince souverain de Monaco.

Jacques de Goyon de Matignon donna son nom à l’hôtel Matignon, célèbre demeure parisienne qui appartint sous la Restauration à la duchesse de Bourbon, Bathilde d’Orléans (1750 - 1822), avant de devenir plus tard l’ambassade d’Autriche.

La maison de Goyon se maintint sur le trône monégasque jusqu’en 1949, date de la mort du prince Louis II de Monaco (1870 - 1949), qui mourut sans postérité légitime mais en laissant une fille naturelle, Charlotte (1898 - 1977), qui se maria avec Pierre de Polignac (1895-1964), dont elle eut un fils, Rainier (né en 1923) qui devint en 1949 le prince souverain Rainier III de Monaco, sa mère ayant renoncé à ses droits en 1944.

Depuis 1949 c’est donc la maison de Chalençon de Polignac qui a pris en main la petite principauté.

Les fiefs français (duché de Valentinois, etc.) de la maison de Goyon n’ont pu (en l’absence de mariage) se transmettre à la fille naturelle du prince Louis II, ce qui n’empêcha pas le père (Albert Ier de Monaco) de ce dernier de titrer irrégulièrement sa petite-fille Charlotte duchesse de Valentinois en 1919.

La transmission de la couronne monégasque par voie illégitime a été dénoncée par les héritiers légitimes du prince Louis II, les descendants de sa grand-tante la princesse Florestine de Monaco (1833 - 1897), épouse du comte Guillaume de Wurtemberg (1810 - 1869), duc d’Urach (de la maison de Wurtemberg).


Port-Folio : extrait de MERCURE de FRANCE - 1747, page 177 et suivantes


Portfolio