Le50enligneBIS

Choule


La choule (du normand chouler, « se bousculer », et traduit par soule en français), est un sport traditionnel joué dans la Manche.

Il existe deux types de choule : la grande choule et la choule crosse, ou choulette. La première qui se joue à la main et au pied, est cousine du foot gaélique, du calcio, du rugby, du foot et du footy australien ; la seconde qui use d’une crosse, du hurling irlandais, de la crosse canadienne et de l’ancien knattleikr islandais.

Histoire

Mentionnée pour la première fois en 1147 [1], la choule se joue depuis le Moyen Âge en Normandie et tout particulièrement dans le Cotentin. Gilles de Gouberville à la Renaissance en était ainsi selon ses écrits, un joueur assidu. Elle est avec la tèque, l’un des sports régionaux traditionnels, qui rassemble régulièrement des passionnés de tous âges.

Elle se joue traditionnellement à la période de Noël, et lors de Pâques, au dimanche des Rameaux [2], le mardi-gras et durant le carême, période durant laquelle se tiennent des fêtes populaires qui prennent également le nom de choule, dans les communes rurales normandes [3]. Les parties pouvaient opposer deux villages, dont les habitants s’affrontaient pour placer par tous les moyens une balle de cuir, la choule, remplie de foin ou de son, dans le camp adverse, ou la noyer dans une rivière ou un étang.

Cette pratique donnait lieu à des affrontements parfois violents, si bien que le roi Charles V l’interdit sur le domaine royal en 1369. Deux siècles plus tard, Gilles de Gouberville témoigne de sa pratique : "le 23 décembre 1555, à la choule, Cantepye me pousse si fort de son poing, en courant contre moi, sur le tétin dextre qu’il me fit faillir, la parole, et à grant difficulté on me peut ramener céans. Je me cuydé esvanouir en venant et perdy la veue près de demie quiart d’heure ; parquoy je fus contrainct de prendre le lict." La mise en jeu de ces rencontres organisées par Gouberville, s’effectue par un notable ou un jeune marié.

Selon Decorde, on l’appelait savatte à Valognes [4].

Après une interruption vers 1913 pour la grande choule, et vers 1943 pour la choule crosse, ces deux pratiques revivent depuis 2001. Ce sont actuellement plus de 70 parties par an qui se jouent en Normandie y compris en scolaire et pour les 2/3 dans la Manche actuellement. Des entraînements mensuels ont lieu en Vallée de la Risle (Eure) et près de Vire (Calvados) depuis fin 2009.

Depuis 2003, l’assemblée annuelle des jeux et sports traditionnels du Cotentin a lieu le deuxième dimanche d’août : à Hémevez en 2006 et 2007, à Quinéville en 2008 et 2009 et à Saint-Marcouf en 2010. Cet évènement se termine par une grande choule "familiale" juste avant la remise des prix des concours (course de tonneau et quilles du Cotentin) et la collation prise par les joueurs et spectateurs.

Grande choule

Pratiquée essentiellement dans le Nord Ouest de la France du Moyen âge à la veille de la première guerre mondiale, la choule se jouait lors de l’entraînement à la guerre, des fêtes patronales, du carnaval et ces mariages, rassemblant parfois des centaines de joueurs.

Matériel

  • une balle avec un arceau, éventuellement deux poteaux avec un fanion dessus pour marquer le but à atteindre.
  • un terrain rectangulaire avec un but (la mare ou le douet) signalé par un carré d’environ 2 m sur 2m, avec éventuellement un rebond derrière, et un espace derrière les buts ou le jeu peut se dérouler.

Jeu

Première phase

L’engagement se fait au pied. Les deux joueurs désignés s’élancent au signal de l’arbitre pour ramener la balle au pied dans leur camp par tous moyens y compris en empêchant celui qui n’a pas le ballon de s’en approcher.

Deuxième phase

L’équipe qui a gagné l’engagement se déploie sur le terrain et fait progresser la balle au pied et à la main, pour « aller noyer la pelote dans la mare ». L’équipe adverse tente de la contrer dès que la balle dépasse la ligne de camp adverse. Chaque équipe peut empêcher l’autre de progresser en bloquant les autres joueurs même s’ils n’ont pas la balle. Un joueur qui est bloqué avec la balle doit la lancer ou la lâcher, sans quoi elle est donnée à l’autre équipe, et l’équipe bloquée doit reculer au-delà de la ligne la plus proche située derrière elle.

Troisième phase

Le but est valide quand la choule est envoyée dans la mare au pied ou à la main et qu’elle y reste, les défenseur ne pouvant pas l’intercepter quand elle passe dedans.

La partie est gagnée au bout d’un certain nombre de noyade de choule déterminé à l’avance par les joueurs, ou pour l’équipe qui a pratiqué le plus de noyades en un certain temps


Grande Choule, Raid UNSS 2009, Flamanville.
envoyé par Tec-Nor. - Plus de vidéos de blogueurs.

Choule à la crosse

Jouées jusqu’aux environs de 1942, selon un témoignage dans la région de Bricquebec, les parties se jouent alors quartier contre quartier ou mariés contre non mariés et compte, depuis sa remise au goût du jour en 2001, plus de 40 parties par an.

Matériel

  • une crosse par joueur, faite dans une branche de frêne
  • une balle en cuir ou en plastique d’environ 11 cm de diamètre, qui doit rebondir suffisamment pour rendre le jeu spectaculaire
  • Un terrain rectangulaire avec un but (viquet) signalé par deux poteaux verticaux et un horizontal posé dessus, de 1,5 m de large environ. La taille du terrain est en général de l’ordre de celle d’un terrain de tennis pour 4 à 5 joueurs.

Jeu

L’engagement se fait entre deux attaquants désignés. La balle lancée en l’air n’est jouée qu’une fois au sol.

Les joueurs doivent faire passer, de n’importe quel côté, la choule dans le viquet avec leur crosse, ou faire tomber la barre transversale en heurtant les poteaux ou en la touchant directement, ce qui donne un point supplémentaire. Si ce sont les défenseurs qui font tomber la barre, le point va à l’adversaire.

La progression de la balle se fait à la crosse ou au pied, le jeu au pied ne pouvant se faire que si le coup précédent a été fait à la crosse. La balle peut être prise à la main si elle est sortie hors du terrain ou pour la frapper en l’air avec la crosse après l’avoir attrapée, à condition que le premier joueur autour soit au moins à un mètre.

Après le marquage d’un point, la balle est réengagée à la crosse ou au pied par la défense depuis sa zone de viquet (environ 1,5 mètre devant).

La partie se gagne au bout d’un certain nombre de points ou par le plus grand nombre de points à l’issue d’une période donnée.


Assemblée Jeux Normands 9/08/2009
envoyé par Tec-Nor. - Découvrez les dernières vidéos de sport.


port-folio : extrait de LES JEUX A LA RENAISSANCE, Par Philippe Ariès,Jean Claude Margolin, 1982

Portfolio

Notes

[1] De la soule au football, Le médiévaliste

[2] Jean-Pierre Leguay, Ville en ville au Moyen Âge

[3] choule, Dictionaire du patois du pays de Bray, Jean-Eugène Decorde

[4] choule, Dictionaire du patois du pays de Bray, Jean-Eugène Decorde

[5] TEC NOR (aussi appelée Tèqueurs et chouleurs de Normandie) est une association visant la promotion des jeux et sports traditionnels normands et d’origine viking, comme la choule, avec ou sans crosse, et la tèque dans le cadre d’une modernisation des règles et promeut une autre identité et image régionale dans un souci d’échange entre régions et générations.

Elle est basée à Bricquebec et anime de nombreux échanges avec les régions françaises et européennes.