Le50enligneBIS

Montre, monstre


Quand le Duc voulait mettre en mouvement cette énorme machine qu’était l’arrière ban, il publiait un mandement qui ordonnait les montres générales ou revues "des nobles, anoblis et sujets aux armes par raison de la noblesse d’eux ou de leurs fiefs", en donnant pour chaque évêché un lieu de réunion. "Il envoyait aux montres un commissaire et un capitaine assistés d’un clerc qui portait les rôles et d’un procureur pour verbaliser contre les délinquants. Après la montre, les gentilshommes élisaient leurs capitaines et attendaient l’ordre de mobilisation. Cet ordre était l’objet d’un second mandement où le Duc fixait les points de concentration assignés aux divers contingents".


source memodoc