Le50enligneBIS
> Patrimoine > Cuisine Normande et Traditions culinaires > Lé Nièr Beurre (tradition Jerriaise)

Lé Nièr Beurre (tradition Jerriaise)


sur une idée de Jean-Louis HOCHET
sources diverses dont essentiellement la Société Jersiaise


JPEG - 7.1 ko

Tch’est qu’ch’est, lé niér beurre ? Ch’n’est pon du beurre, et i’ n’est pon niér nitout ! Ch’est eune sorte d’g’lée breunâtre qu’nou fait en Jèrri. Ch’est eune tradition vénéthabl’ye d’faithe lé niér beurre en s’tembre quand nou-s-a du cidre et des pommes, et quand les Jèrriais s’rencontrent pouor faithe lé travas d’la faith’sie du niér beurre, pouor chanter des vielles chansons et èrciter des poèmes et d’s histouaithes.

Coumment faithe lé niér beurre ?

JPEG - 38.9 ko

I’faut :

  • un bachîn, ou eune peîle (dans tchi nou fait lé niér beurre)
  • un rabot (pouor èrmuer lé niér beurre)
  • un feu (à seule fin qu’tout sait caûd)
  • du bouais (pouor lé feu)
  • des pommes (des suthes et des douoches, p’t’êt’ des "Rom’thi" et des "France")
  • du cidre
  • du ricolisse
  • d’s êpices
  • des limons
  • des pots à g’lée (dans tchi mettre lé niér beurre)
  • des tchulyièrs en bouais
  • et bein seu, i’faut bein des gens - la fanmil’ye, d’s anmîns ou un clobe

Pouor faithe lé niér beurre : pouor c’menchi i’faut p’ler les pommes. Nou n’veurt pon la p’liche. D’habitude, ch’est fait par eune dgaîngue dé femmes, tandi qu’les hoummes prépathent lé feu et mettent lé cidre à bouoilli.

Après chenna, i’ c’menchent à ajouôter les pommes dé temps en temps, èrmuant tout l’temps. Chennechîn continnue pouor vîngt-quat’ heuthes (véthe-dgia ! vîngt-quat’ heuthes !) et il’ ajouôtent acouo des pommes à m’suthe.

En travaillant, les gens pâlent et chantent, et les femmes (ou p’t’êt’ bein d’nos jours, des hoummes étout !) prépathent dé tchi mangi et baithe pouor les cheins tchi èrmuent lé niér beurre auve lé rabot. Il est hardi înmportant d’èrmuer sans l’tchitter, pa’ce qué, si nou laîsse lé niér beurre à bouoilli sans èrmuer, lé g’lée s’en va brûler et lé niér beurre s’sa gâté. Y’a tchiques années, sus eune fèrme lé rabot s’rompit et i’ fallait couôrre siez les vaîsîns chèrchi un aut’ rabot, mais malheutheusement lé niér beurre restit trop sans èrmuer et lé niér beurre n’tait bon pouor rein !

Deux’trais heuthes d’vant qu’ch’sait prêt, du ricolisse est ajouôté et pis lé jus des limons. Quand i’ pensent qu’ch’est prêt, la peîle est hallé d’sus lé trépid par quat’ forts hoummes auve des pouques mouoillies et i’ l’mettent sus l’fond dé l’ais.

L’s êpices sont ajouôtées et ch’est r’mué pouor acouo deux’trais mînnutes.

Lé niér beurre est mîns dans des grands pots, ou des boutchets ou tchique chose, et emm’né ès femmes tchi l’mettent dans des p’tits pots à g’lée atout des tchulyièrs en bouais (car lé niér beurre est acouo bein caûd). Les pots sont couèrts atout des ronds d’papyi.

Ach’teu il est prêt à vendre. Nou peut trouver des pots d’niér beurre dans tchiques boutiques, mais à m’n avis, lé miyeu ch’est d’aidgi auve la faith’sie du niér beurre et d’êt’ "payi" auve tchiques pots. Ou bein nou peut en acater ès fêtes d’pâraîsse ou ou des fêtes dé clobe quand les gens vendent du niér beurre pouor gangni des sous pouor l’s activités d’lus clobe.

S’ous n’avez pon gouôté lé niér beurre, i’ faut l’mangi sus du pain d’caboche, mais i’ n’y’a rein d’miyeu sus vot’ toast lé matîn !

Bouan appétit !


Lé nièr beurre est eune manniéthe dé breune g’lée qu’nou fait en Jèrri. Ch’est eune vielle couôteunme dé faithe du nièr beurre au S’tembre quand nou-s’a du cidre et des poummes. Eune séthée d’nièr beurre est eune assembliée d’gens pouor faithe lé travas d’la faîs’sie du nièr beurre, pouor chanter des vielles chansons et èrciter des poésies et d’s histouaithes.

Nou peut acater du nièr beurre conmèrcial au jour d’aniet toute l’année, mais y’a acouo deux-trais séthées d’nièr beurre ès fèrmes et associâtions s’lon la vielle couôteunme. [amendaer] R’chette

  • 20 pots d’cidre (10 gallons Angliais)
  • 20 cabots d’poummes douoches (760 livres)
  • 20 livres d’chucre
  • 3 livres d’toute-êpice
  • 3 bâtons d’ricolisse hachis ou grattés
  • 2 douzaines dé limons copés en p’tits morcieaux.

La tchuituthe prend tout ensembl’ye 24 heuthes :

Nou met l’cidre dans la peîle et l’bouort jusqu’à tch’i’ sait réduit d’en par la maîntchi (à bein près trais heuthes).

Nou-s’ajouôte les poummes p’lées et quartellées (pus douochement à m’suthe qué la peîle empl’ye). Nou continnue à tchuithe quat’ ou chîntch’ heuthes. Nou rêmoue atout un moueux ou rabot. Ch’est împortant d’rêmouer tréjous - autrément l’nièr beurre happe sus l’fond d’la peîle. S’lon la couôteunme, ch’est l’s hoummes tchi rêmouent toute la niet, et les danmes à lus offri des bouochies et des gorgies à seule fîn d’les ravigoter. Eune beurrée d’nièr beurre

Chucre, limons et ricolisse daivent êt’ mins deux heuthes auprès qu’lé drein lot d’poummes a ’té ajouôté dans la peîle.

Quand nou crait qué l’nièr beurre s’sa bétôt tchuit nou-s’en met eune tchul’lée dans eune souôtasse et nou juge atout eune tchulyi en bouais s’lon sa tchuituthe. S’nou peut l’ver la souôtâsse atout la tchulyi cliutée d’ssus par l’nièr beurre.

Nou d’vale la peîle dé d’ssus l’trépid et nou-s’y met l’êpice en rêmouant acouo.


Jèrriais English
nièr beurre black butter
séthées dé nièr beurre
black butter evenings soirée du beurre noir
rabot stirrer
bâchin pan

Portfolio

Beurrée d'nièr beurre (black butter on bread)