Le50enligneBIS

Frédéric Bérat - bio


JPEG - 54.8 ko

Frédéric Bérat, né le 11 mars 1801 à Rouen et mort le 2 décembre 1855 à Paris, est un compositeur et chansonnier français.

Après avoir embrassé la carrière de chansonnier, Frédéric Bérat s’est lié d’amitié avec le célèbre chansonnier Béranger qui, l’aimant comme un enfant, l’a pris sous sa protection.

Il a composé nombre de chansons à succès, dont La Lisette de Béranger (1843), Les Nouvelles de Paris (1854), Mimi Pinson, Ma prison, Bonne espérance, Le Départ, La Montagnarde, Le Retour du petit Savoyard et Le Berger normand, mais c’est surtout pour Ma Normandie, la chanson aujourd’hui utilisée comme hymne national du bailliage de Jersey [1] et, de façon non officielle, comme chant régional de la Normandie, qu’il composa en 1836 sur le bateau qui le menait de sa ville natale à Sainte-Adresse, qu’il est passé à la postérité.

Son frère aîné Eustache Bérat (Rouen, 1791-Granville, 1870), dessinateur, était également chansonnier. [2]

Frédéric Bérat est enterré au cimetière du Père-Lachaise. Une place et une rue portent aujourd’hui son nom à Rouen.

Monument des frères BERAT à Rouen (cp)

JPEG - 52.1 ko

Père LACHAISE - 49eme division (1ere ligne)

JPEG - 40.2 ko

"Par ses douces chansons que partout ont fredonne, si Berat a toujours le succès le plus grand, c'est qu'en qualité de normand, c'était à lui de droit que revenait la pomme !"

JPEG - 66.2 ko
JPEG - 91.4 ko
    Quand tout renaît à l’espérance,
    Et que l’hiver fuit loin de nous,
    Sous le beau ciel de notre France,
    Quand le soleil revient plus doux,
    Quand la nature est reverdie,
    Quand l’hirondelle est de retour,
    J’aime à revoir ma Normandie,
    C’est le pays qui m’a donné le jour.

J’ai vu les champs de l’Helvétie, Et ses chalets et ses glaciers, J’ai vu le ciel de l’Italie, Et Venise et ses gondeliers. En saluant chaque patrie, Je me disais aucun séjour N’est plus beau que ma Normandie, C’est le pays qui m’a donné le jour.

Il est un âge dans la vie, Où chaque rêve doit finir, Un âge où l’âme recueillie A besoin de se souvenir. Lorsque ma muse refroidie Vers le passé fera retour, J’irai revoir ma Normandie, C’est le pays qui m’a donné le jour.


Notes

[1] La chanson Ma Normandie est chantée comme hymne lors des jeux du Commonwealth, jeux des Îles, ou autre cérémonie quand il est nécessaire de distinguer les pays qui se servent de God Save the Queen. Mais il y a un mouvement populaire pour le remplacement de Ma Normandie par une chanson jersiaise Beautiful Jersey/Man Bieau P’tit Jèrri.

[2] BERAT Eustache (1791-1870), dessinateur et chansonnier

[3] attention, coquille sur la date de naissance