Le50enligneBIS
> Paroisses (Manche) > abc > Cosqueville > Histoire > Cosqueville - Notes historiques et archéologiques

Cosqueville - Notes historiques et archéologiques


L’église est sous l’invocation de Notre-Dame. La nef est romane, et son clocher octogone portait naguères encore l’écusson de Mille d’Argouges, qui est écarlelé d’or et d’azur avec trois quintefeuilles de sable.

Avant 1289, les dîmes de Cosqueville appartenaient aux abbés du Mont-St.-Michel, car nous trouvons dans Toustain de Billy [1] qu’en cette année un arrangement eut lieu entre ladite abbaye et les curés de cette paroisse.

La famille d’Argouges, près Bayeux, possédait, au XIVe siècle, un fief fort important à Cosqueville. Nous notons un Olivier Tesson qui fut présenté à l’évêque comme curé, en 1378, par Guillaume d’Argouges, chevalier et patron du lieu.

Au triage des Hommets, près de la mare de Vrasville, dans une pièce de terre nommée la Renardière, on trouva, en 1835, un grand nombre d’outils en fer ayant servi à battre monnaie. Ils consistaient en pinces, marteaux, cuillers et enclumes. Parmi ces outils, on découvrit une assez grande quantité de pièces d’essai à l’effigie de Philippe VI, qui régna de 1328 à 1350.

Plusieurs roches, maintenant submergées, semblent rappeler, par leur dénomination, d’anciennes invasions de la mer sur la côte de Cosqueville. Le rocher du Vic dénoterait peut-être l’emplacement d’un vicus romain. Plus loin, on remarque sur un autre rocher, nommé les Roches du Bourg, des troncs de chênes fort vieux.

Avant 1786, Cosqueville possédait plusieurs monuments druidiques que les travaux de l’État à Cherbourg ont détruits pour les utiliser comme pierres de granit.

On comptait autrefois parmi les notables habitants de Cosqueville les familles de Hennot (1528), qui portait de gueules à trois étoiles d’or et au croissant d’argent en abîme ; de Duhommel (1552), qui portait d’argent au sautoir d’azur, et qui s’allia, en 1593, aux d’Argouges ; de Le Sens de la Duquerie, qui portait de gueules au chevron d’or accompagné de trois encensoirs d’argent ; d’Espinoze, qui portait d’argent à l’aigle de sable becquée et onglée d’or, combattant contre un dragon de sable de même armé et lampassé d’or ( Espagne ) ; de Simon de Montreuil-Renonville, qui portait d’azur à la croix d’argent chargée de huit croissants de gueules et cantonnée de quatre cygnes d’argent.

Source :

Notes

[1] Histoire des évêques de Coutances, ms. conservé à la bibliothèque de Cherbourg, f° 37