Le50enligneBIS
> Paroisses > ghi > Gatteville-Phare > Histoire > Gatteville - Notes historiques et archéologiques

Gatteville - Notes historiques et archéologiques


Suivant une charte latine du roi d’Angleterre Henri III, en date de mars 1268, concession est faite à l’abbaye de Montebourg du côté droit de tous les poissons à lard qui échoueraient ou qui seraient pris entre les confins de l’évêché de Coutances et l’église de Gatteville, sur le fief de Gautier Broc, avec toutes les redevances et dîmes y affectées. Cette donation ne fut pas maintenue ; car nous retrouvons au Livre blanc, f° 49, que, pendant le XIVe siècle, l’église de Gatteville était sous la dépendance des chanoines de Coutances et des abbés du Vœu de Cherbourg. Il y avait alors deux cures auxquelles ces autorités nommaient séparément.

En 1372, Robert Bazan, de Virandeville, se rendit adjudicataire, par suite de décret, du fief de Gatteville, qui avait été saisi sur le seigneur du lieu. L’année suivante, Colin Bazan, fils de Robert, épousa Jeannette de Gatteville, fille dudit seigneur dépossédé, et adopta pour lui et les siens les armes de Jeannette, qui étaient d’azur à deux jumelles d’argent surmontées d’un lion de même passant, armé, lampassé et couronné d’or. Leur fils Nicolas épousa Guillemette, fille de Jean de Beuzeville-sur-le-Vey. Le fief de Gatteville demeura dans la famille Bazan [1] jusqu’au milieu du XVIe siècle, époque à laquelle il passa dans la famille Le Tellier de la Luthumière. Nous avons sous les yeux un bail par lequel ce dernier afferme ledit domaine, en 1575, à un nommé Jacques Bourel. Nous notons, comme autre pièce justificative de propriété, une lettre du 10 mars 1615, par laquelle un La Luthumière, seigneur de Gatteville, écrit à M. de Crosville, de Gouberville, pour convenir du jour de la rompure de la mare de Gattemare. Henri de Matignon, ayant épousé une héritière des Le Tellier de la Luthumière, devint propriétaire du fief de Gatteville, dont il rendit aveu au roi Louis-le-Grand en 1678. Sa veuve présenta le même aveu en 1685. M. le duc de Valentinois-Malignon vendit, en 1747, ce domaine à M. Hoock, qui l’a transmis à sa descendance, représentée aujourd’hui par MM. de Saincenne et de Gérando.

L’église de Gatteville date du XIIe siècle ; elle avait autrefois pour patrons les abbés du Vœu de Cherbourg, qui, en cette qualité, touchaient encore, en 1753, les petites dîmes de cette paroisse, affermées au prix de 1580 livres. Elle est sous le vocable de saint Pierre. On y voit trois inscriptions : l’une, qui est dans le chœur, porte ces mots en caractères gothiques : Priez pour les bienfaiteurs de céans ; les deux autres, qui sont près de l’autel de la Vierge, ne se peuvent déchiffrer. Non loin de cette église est une petite chapelle fort ancienne dédiée à la mère de Dieu. Cette chapelle n’est ouverte qu’à certaines fêtes de l’année.

Gatteville possédait aussi un prieuré dont les bâtiments existent sur la place de l’église. Ce prieuré, qui était à la nomination du Chapitre de Coutances, sur présentation royale, valait 6,000 livres de revenu, en y comprenant les grandes dîmes. Avant 1789, un abbé de Saint-James, ancien capitaine de dragons, qui avait servi avec distinction aux journées de Fontenoy et de Lawfelt, en était titulaire.

Il existe à Gatteville une ancienne ferme connue sous le nom de Broc. C’était probablement la résidence de ce Gautier Broc que nous avons cité plus haut à la date de 1268. On y voyait jadis une chapelle domestique qui sert aujourd’hui de grange. Devant la porte à créneaux de granit de cette ferme on remarque un poirier séculaire, appelé vulgairement le Poirier de chicane. Ce vieil arbre aurait-il par hasard quelque chose de commun avec le chêne de Vincennes sous lequel Louis IX rendait la justice ?

Autour de l’église de Gatteville on a trouvé beaucoup de cercueils creusés dans le roc granitique, et qui devaient remonter au XIIIe et au XIVe siècle.

Au village de Denneville, en démolissant une vieille cheminée dans une maison appartenant à M. Loysel, avocat, on découvrit, il y a 35 ans, une série d’anciennes monnaies, dont les plus récentes étaient de Louis XIII.

Il y a à Gatteville deux phares qui sont visités chaque année par un grand nombre de curieux.

On comptait autrefois dans cette commune, parmi ses notables habitants, M. de Hennot (1666), qui portait de gueules au croissant d’argent accompagné de trois étoiles d’or ; M. Hoock (1747) ; M. de Bonvalet, sieur de Durécu (1789). Nicolas Daireaux, publiciste et ancien proviseur du lycée Charlemagne, à Paris, est né à Gatteville le 31 juillet 1759.

Source :

Notes

[1] Cette famille avait un hôtel situé à Valognes, rue de Poterie ; il est occupé aujourd’hui par l’auberge du Grand-Turc