Le50enligneBIS
> Paroisses (Manche) > abc > Baubigny > Histoire > Baubigny - Notes historiques et archéologiques

Baubigny - Notes historiques et archéologiques


Baubigny. — On écrit aussi Beaubigny, Belbigneum, Baubigneium.

L’église de Baubigny appartient en partie au xie ou au xiie siècle ; on y reconnaît plusieurs caractères de l’architecture romane. La sacristie est de construction récente.

Cette église est sous le vocable de saint Martin ; elle payait pour décimes 20 livres, et dépendait de l’archidiaconé du Bauptois et du doyenné de Barneville. Le curé était seul décimateur. Le patronage était laïque et le seigneur du lieu présentait à la cure. Le Livre noir dit : patronus Guillelmus de Castello. sculifer. •

Dans le cours du XVIIIe siècle, le marquis de Flamanville, seigneur de Baubigny, avait le droit de patronage et présentait à la cure.

On trouva à Baubigny, vers 1837, une ancienne sépulture d’environ 8 mètres de diamètre, s’étendant sous le jardin du presbytère, et renfermant des ossements, des fragments de vases et des monnaies romaines.

Un Robert de Baubigny, Robertus de Balbigneio, est cité au nombre de ceux qui sistaient avec Gautier de Sainte-Mère-Eglise. Pierre du Hommet Guillaume Tresgoz, Thomas Marmion, Henri Meurdrac, Guillaume de Magneville, Jean d’Anneville, Bichard Taillepié, Thomas de Tollevast et autres, aux assises qui se tinrent à Valognes, le 9 octobre 1231.

Montfaut, en 1464, trouva noble à Baubigny Jean Bertrand.

La paroisse de Baubigny dépendait de l’intendance de Caen, de l’élection de Valognes et de la sergenterie de Beaumont. En 1722, oa y comptait 42 feux imposables, 46 en 1726, et 315 habitants en 1762-70 ; sa population, en 1867, est de 294 habitants : mais la commune comprend dans sa circonscription actuelle [1] l’ancienne paroisse de Saint-Paul des Sablons, Sanctus Paulus.

La nef de son ancienne église qu’on voyait encore en ruines, il y a quelques années, appartenait à l’architecture romane.

Cette église était taxée pour les décimes à 16 livres, et dépendait de l’archidiaconé du Bauptois et du doyenné de Barneville. Le patronage en appartenait à l’abbaye du Vœu à Cherbourg, qui présentait à la cure. Le curé était seul décimateur. Lors de la rédaction du Livre blanc, la cure valait 15 livres au curé qui avait un manoir et une redevance sur le moulin de Pierreville.

En 1665, l’église avait toujours pour patron l’abbé de Cherbourg, et la cure valait 90 livres.

Il y avait, en 1413, à Saint-Paul-des-Sablons, une foire sur laquelle Richard Carbonnel, seigneur de Barneville, avait quelques droits [2]

Lors des recherches de la noblesse, en 1666, la seigneurie de Saint-Paul appartenait à une famille Le Breton, que Chamillard place parmi les anciens nobles [3].

Cette petite paroisse qui, en 1722, ne comptait que 7 feux imposables d’après Masseville, et 15 d’après Dumoulin, en 1765, dépendait de l’intendance de Caen, de l’élection de Valognes, et de la sergenterie de Beaumont.

Source :

Notes

[1] NDLR : actuelle=1868

[2] Annuaire de la Manche, année 1850, pag. 547.

[3] Journal de Valognes. du 16 juin 1861, n° 24.